Site Officiel
ABCD
Urgences
Police
17
SAMU
15
Pompiers
18
Centre Anti-Poison
05 56 96 40 80

Mairie de BOUGUE
22, rue du Docteur Lafitte
40090 BOUGUE
Tel.:+33(0)5 58 52 92 13
Fax.:+33(0)5 58 52 93 56

Nous écrire
 
Dossier spécial
Transport en commun

Document d'Information Communal sur les Risques Majeurs
Liens Utiles
 
 
 
 
729 visites
Pour tout savoir sur les activités à venir, consultez l'AGENDA
Association Bouguaise de Culture et Detente
Président : Philippe TOUSSAINT ( 05 58 52 93 36 )
"Haut Délire" au Foyer
Bougue - 15 novembre 2014

Cette compagnie de théâtre amateur de Villeneuve Saint-Cricq, était pour la troisième fois à Bougue, dans le cadre de la traditionnelle « soirée d’automne » proposée par l’association sportive et culturelle bouguaise ABCD. Le public fut au rendez-vous avec quelque 75 spectateurs de Bougue… de Saint-Circq Villeneuve et de différentes localités du Marsan et du Villeneuvois.
La première partie était assurée… avec beaucoup d’assurance par des ados bourrés de dynamisme que les feux de la rampe impressionnent peut-être, mais ne paralysent guère ! Ils offrirent un « Diagnostic réservé » drolatique, une comédie en un acte de Jean Pierre Martinez.
La deuxième partie jetait sur les planches les adultes de la compagnie… de vrais « pros », ces amateurs ! Il s’agissait de « La cuisine de cochon», présentée comme une « comédie politiquement incorrecte » (l’air du temps, certainement !) de Jean Markyvene.
A Bougue, en ce samedi soir de Novembre, on a beaucoup ri : des répliques qui fusent, du comique « de situation » et de l’à propos des comédiens qui collaient parfaitement à la pièce et à son esprit. Et c’est précisément cela être comédien. « Haut délire » a un bel avenir sur les planches
Album photos

Foulées de Saint-Jacques 2014
Bougue

ENFIN ... les photos --> Album photos

Foulées de Saint-Jacques
Rudi et les autres à Bougue

Rudi Bastellica, malgré l’effort, avait le sourire aux lèvres lorsqu’il a franchi le premier la ligne d’arrivée, en ce dimanche du Patrimoine, à quelques foulées de la tour-clocher du XIe Siècle de l’église de Bougue. De l’ancienne gare, sur la voie verte _ où un spectacle de magie se préparait sous l’égide du Café Music _ jusqu’au centre du village, il venait de boucler la boucle de 10 km en 36’ 44’’. Ce n’est pas son record, ici aux Foulées de Saint-Jacques à Bougue, où il fut, comme aujourd’hui, plusieurs fois vainqueur au scratch, mais tout de même…
Rudi Bastellica, licencié à l’Avenir Aturin, est l’un de ces très bons spécialistes régionaux des courses pédestres et semi-marathon ; de ceux qui font régulièrement les podiums dans le Bordelais, le Marmandais, le Gers et plus largement l’Aquitaine et le Midi toulousain où il figurent invariablement parmi les favoris. Reprenant à peine son souffle, il échange une poignée de main amicale avec le second senior, arrivé quelques dixièmes de seconde après lui, Francis Laporte, un non licencié de Mazerolles. Ils ont fait une grande partie de la course de conserve, l’un stimulant l’autre. « J’aime bien ce parcours, confie le champion, il est très verdoyant, on voit des airiaux et des villages et puis… il est assez trompeur. On le croirait plat, alors qu’il a de grande montées, douces certes, mais qui n’en finissent pas et c’est assez casse-pattes ». Pas d’incident, au demeurant, au cours de cette matinée, sinon un déplacement de l’ambulance de la Croix Rouge, pour une élongation.
Lionel Gauzère partage l’avis du vainqueur sur le charme et des difficultés du parcours. Ce vétéran 1 en bonne forme a fini troisième dans sa catégories, ayant accompli ses 10 kilomètres en 40’41’’. Pas si mal. Il est tout de même président du Stade Montois Cyclisme !
Quant à Françoise Candau et Marie-Paule Duprat, qui portaient avec grâce et détermination le maillot de l’Elan d’Armagnac (comme d’autres concurrents venus nombreux de Villeneuve-de-Marsan et alentours), elles sont arrivées main dans la main, bien qu’elles ne fassent pas exactement partie de la même catégorie de « vétéranes » (terme qui reste tout relatif pour ces jeunes mères de familles de deux enfants chacune). Ce fut pour elles « Un parcours de santé » (sic), comme pour Félix, Jean, Romain ou Téo qui se sont tout de même un peu «tiré la bourre » dans les catégories junior ou cadet.
   Bref, une course pour tous, dans un esprit bon-enfant parune belle matinée de fin d’été. Une course qui est une classique, dont c’était la 15émé édition (après une année d’interruption en 2012). 80 concurrents s’étaient alignés ou départ. Ce n’est pas un record, mais pas si mal pour une reprise. Le vainqueur toutes catégories a reçu des mains du président Philippe Toussaint, de l’association bougaise ABCD, organisatrice, la Coupe du Président du Conseil Général des Landes. De nombreuses autres coupes et lots ont été remis, ainsi que des bouquets de fleurs aux premières concurrentes de ces épreuves, soutenues par Groupama et placées sous le patronage du Journal Sud Ouest.
Notre album de photos…
Le Classement !

Une « Histoire » bien lancée…

La conférence, suivie d’une séance de signatures conjointe des deux auteurs, a permis un joli lancement d’ « Histoire de Bougue » (autoédition ABCD) vers la planète des livres (Sud Ouest de Jeudi 4 Juillet).

C’était vendredi soir au Foyer rural Michel Aïnaga de Bougue devant un auditoire d’un peu plus de cent personnes de la commune et des communes voisines (dont les maires de Laglorieuse, Mazerolles et Uchacq-et-Parentis). Le maire de Bougue, Christian Cenet, a rappelé que l’édition de cet ouvrage de 360 pages avait été un vœu émis, au début de cette mandature, par le maire et le Conseil municipal. Il a fallu un peu plus d’une année complète pour faire les recherches, notamment aux Archives départementales, puis deux ans de plus pour mettre en forme ce très beau livre imprimé par ICN (Orthez).
La conférence a été donnée, pour la partie qu’elle a écrite, par Jeanne-Marie Fritz, historienne spécialiste du moyen-âge et qui enseigna de nombreuses années à l’Institut de formation des maîtres (IUFM) de Mont-de-Marsan et, pour la partie portant sur la période allant de la Révolution à 2010 par le co-auteur, Jean-François Moulian, conseiller municipal et communautaire, ex-directeur départemental du journal Sud Ouest dans les Landes, ancien professeur de philosophie. Jeanne-Marie Fritz, devant un auditoire vite conquis, a plus particulièrement évoqué la période médiévale, insistant sur la particularité d’un village qui recèle le nombre-record de six mottes féodales. Mme Fritz a aussi parlé de la sauveté de Bougue et des seigneuries d’Agos et de Meignos, ainsi que de l’esquisse de la bastide de Castelcrabe…
  Quant à Jean-François Moulian, il fit quelques incursions dans les temps forts de l’histoire de la commune ; les deux guerres, l’accueil des réfugiés alsaciens, le groupe de résistance Lamarque-Cando, puis les grands équipements : la ligne de chemin de fer (aujourd’hui voie verte), la gare, la réalisation d’un réseau de communication, les divers avatars de l’école, etc. Jean-François Moulian a aussi souligné que l’édition de cet ouvrage se présente en parfaite cohérence avec le projet communautaire d’aménagement et d’animation du site historique et naturel de Castets (2014-2015), inscrit dans le Parc Naturel Urbain du Marsan.
L’ouvrage est désormais en vente (20 €) au profit de l’association culturelle bouguaise ABCD : à la mairie de Bougue, au multiple rural « Le petit Marsan » à Bougue, à la médiathèque de Bougue, à la librairie Lacoste et à la librairie Caractères à Mont-de-Marsan, à l’espace culturel du Centre Leclerc à Saint-Pierre-du-Mont.
Quand le swing est là…

Photo J.F.Moulian

Le Pessac Jazz Band, émanation de l’école de musique de Pessac-Verthmon (depuis 21 ans) est formé d’amateurs très éclairés avec parfois quelques « guets stars » pro. Ce bigband de 20 musiciens a soulevé l’enthousiasme des 150 convives, attablés devant le cidre et les petits fours, dans ce cabaret installé pour un soir, samedi 9 février, au Foyer rural de Bougue.


Photo J.F.Moulian
Un public venu de toute l’agglomération du Marsan, parmi lequel de nombreux amateurs de jazz, fidèles à ce rendez-vous annuel, proposé par l’association sportive (elle organise aussi la fameuse course pédestre de Bougue) et culturelle ABCD que préside Philippe Toussaint.
Le Pessac jazz band, que dirige avec décontraction et brio Renaud Galtier, cultive un « swing » très jazzy au travers de quelques incontournables standards, des classiques New-Orléans, quelques surprises aussi avec des incursions du côté de la bossa-nova, du Brésil et des rythmes cubains, ou même vers la comédie musicales, comme avec cet extrait de My Fair Lady. Ce fut aussi l’occasion d’apprécier les voix de François-Marie Moreau, par ailleurs animateur plein d’humour et de la svelte Laetitia Miquel dans sa petite robe noire, dont la puissance, autant que les nuances vocales enthousiasmèrent l’auditoire, notamment dans une très émouvante interprétation de « Georgia » de Ray Charles. Un grand merci fut adressé au trompettiste julien Escarpit qui avait été la cheville ouvrière de cette soirée.
Une très belle soirée qui s’acheva, après deux rappels, avec les traditionnelles assiettées de tourin à la tomate… Puis chaque dame put rejoindre son domicile avec la rose qui lui avait été offerte à l’entrée.
 Notre album de photos…
Le théâtre fait boulevard au Foyer
Son nom est en soi tout un programme : « Haut délire »

Cette compagnie de théâtre amateur de Villeneuve Saint-Cricq, s’offre le luxe de partir en tournée… de proximité en l’occurrence, puisque, cette fois, c’était pour une première à Bougue, dans le cadre de la traditionnelle « soirée d’automne » proposée par l’association sportive et culturelle bouguaise ABCD. Le public fut au rendez-vous avec quelque 150 spectateurs de Bougue… de Saint-Circq Villeneuve et de différentes localités du Marsan et du Villeneuvois.

La première partie était assurée… avec beaucoup d’assurance par les comédiens en herbe de l’illustre compagnie _ comme on dirait du côté de chez Molière. Des ados bourrés de dynamisme que les feux de la rampe impressionnent peut –être, mais ne paralysent guère ! Ils offrirent une « Tête de gondole » drolatique, une comédie en un acte de Stéphane Titeca, enchaînant des saynètes qui illustrent de façon ironique et souvent mordante les travers de la société « de consommation » saisie, comme sur le vif, depuis une moyenne surface, avec ses clients, ses caissières et ses employés. On s’y voyait, comme dans un miroir à peine déformant !
La deuxième partie jetait sur les planches les adultes de la compagnie… de vrais « pros », ces amateurs ! On apprit à la fin qu’il y avait même une souffleuse, mais on ne l’avait point remarqué. Dira-t-on que la pièce était « facile » ? Il s’agissait de « Au nom du fisc », présentée comme une « comédie fiscalement incorrecte » (l’air du temps, certainement !) d’Emmanuel Beaufils. Une pièce assez souvent jouée dans le registre du théâtre dit « de boulevard ». Mais qu’on ne s’y méprenne : il plus difficile, au théâtre, de faire rire que de faire pleurer et à Bougue, en ce samedi soir de Novembre, on a beaucoup ri : des répliques qui fusent, du comique « de situation » et de l’à propos des comédiens qui collaient parfaitement à la pièce et à son esprit. Et c’est précisément cela être comédien. Prédisons, sans divaguer, que « Haut délire » à encore de l’avenir sur les planches
 Notre album de photos…
Quand le Jazz est là
Swing, humour basque et jazz New Orleans, samedi soir dans un foyer rural entièrement rénové

Incontestable succès, samedi 4 février, pour la soirée « jazzy » de l’association culturelle bougaise ABCD, qui se trouvait ainsi inaugurer, de fait, les nouveaux équipements (lumières, sonorisation) d’un foyer rural rénové. Celui-ci a manifestement fait l’unanimité des quelques  150 personnes présentes (une cinquantaine de plus que l’an dernier). L’acoustique s’est révélée parfaite, sans qu’il soit besoin, pour les manifestations à venir de réinstaller les panneaux modérateurs d’écho.

Quant à cette soirée, qui s’acheva dans la nuit, après le traditionnel tourin et peu avant que ne tombent les premiers flocons, elle fut réussie de bout en bout, grâce à l’entrain, à l’humour… basque (du côté d’Oloron, si l’on a bien compris) des six lascars de  ce Jazzaband, qui maitrise totalement son sujet, notamment dans le registre du jazz dit « traditionnel », le style New Orleans et ses fameux standards de « Petite Fleur », du vieux Sidney, aux « Rues d’Antibes » en passant par « Charleston ». On ne s’en lasse pas quand Claude est à la planche à laver (Wash board, pour les initiés, Philippe au trombone à coulisse (un curieux instrument en plastique jaune dont il tire pourtant des accents cuivrés!  ), Tute à la trompette, Gilbert au saxo soprano, Hervé au banjo (et quelle « tchatche », comme on dirait du côté de Saint-Jean-Pied-de-Port !), Xan au tuba basse.

La seconde partie, après les petits gâteaux, le cidre et la coupe de Crémant d’Alsace, revisitait pêle-mêle Brassens, Nino Ferrer, les Beatles et Nougaro. Un brin de nostalgie parfois pour ceux qui se rappelaient ses années  là, sixties et seventies… du siècle dernier. Déjà. Et chaque dame est partie avec la rose, qu’au nom de l’association, Philippe Toussaint lui avait offert à l’arrivée.
 Notre album de photos…
Création - ADSL40
 
Vendredi 15 Décembre 2017
heure